Tanzanie: le président reconnaît à demi-mots la présence du Covid-19 dans le pays

19 février 2021 à 13h28 par AFP

AFRICA RADIO

Le président tanzanien John Magufuli, qui avait déclaré son pays "libéré du Covid-19" mi-2020 grâce aux prières, a admis à demi-mots vendredi la présence de "cette maladie respiratoire" sur le territoire.

Depuis le début de la pandémie, le chef d'Etat a minimisé la dangerosité du coronavirus. Ces dernières semaines, la Tanzanie est toutefois frappée par une vague de décès, officiellement attribués à des pneumonies.Mercredi, la mort du vice-président de l'île semi-autonome de Zanzibar, Seif Sharif Hamad, a été annoncée, sans plus de précision, trois semaines après que son parti d'opposition a indiqué qu'il avait contracté le Covid-19.Vendredi, à l'enterrement du chef de la fonction publique John Kijazi, décédé le même jour que M. Hamad sans que la cause de sa mort soit révélée, le président Magufuli a évoqué le Covid-19, sans le désigner explicitement."Quand cette maladie respiratoire est apparue l'an dernier, nous avons gagné parce que nous avons placé Dieu en premier et pris d'autres mesures. Je suis sûr que nous vaincrons à nouveau si nous refaisons de même", a-t-il déclaré. "Ces maladies, y compris cette maladie respiratoire, existent et ont tué plus de gens dans les autres pays. Nous mourrons tous, que ce soit de cette maladie, du paludisme ou d'une quelconque autre. Revenons à Dieu, nous avons dû rater quelque chose", a-t-il ajouté."Nous ne ferons aucun confinement", a-t-il toutefois assuré: "Continuons à placer Dieu en premier et à prendre des précautions".Alors que le port du masque est un tabou dans le pays, plusieurs personnes présentes à l'enterrement, dont l'ancien président Jakaya Kikwete, en portaient.Les masques sont aussi de plus en plus visibles dans la rue, certains commerçants les vendant dans les hôpitaux ou dans les embouteillages.La Tanzanie a publié pour la dernière fois des chiffres officiels sur les infections au coronavirus en avril 2020. Le président avait estimé que ces chiffres relevaient d'un "sabotage" au laboratoire national, même si le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union africaine (Africa CDC) a déclaré que les tests de la Tanzanie étaient fiables. M. Magufuli avait par ailleurs affirmé qu'une papaye, une caille ou encore une chèvre avaient été testées positives au Covid-19, signe que les tests ne fonctionnaient pas.En janvier, il a déclaré que les vaccins contre la maladie étaient "dangereux".