Tunisie: l'ex-Premier ministre libyen en grève de la faim

Par La rédaction

TUNIS (AFP) - (AFP)

L'ancien Premier ministre libyen Al-Baghdadi Al-Mahmoudi, détenu dans une prison en Tunisie, a entamé une grève de la faim pour exiger sa libération et protester contre le mandat d'amener lancé à son encontre à Tripoli, a annoncé jeudi à l'AFP son avocat Mabrouk Kourchid.

"Al-Baghdadi Al-Mahmoudi a entamé mercredi soir une grève de la faim" pour exiger sa libération "et pour protester contre le mandat d'amener lancé à son encontre à Tripoli", a précisé Me Kourchid, qui venait juste de rencontrer son client à la prison de Mornaguia, située à 14 km de Tunis.

Le procureur général libyen avait émis mercredi un mandat d'amener contre Al-Baghdadi Al-Mahmoudi qui reste encore emprisonné malgré son acquittement par la justice tunisienne.La défense avait dénoncé une manoeuvre destinée à permettre l'émission de ce mandat.

"Son maintien en détention malgré son acquittement par la justice mardi est illégal, c'est une manoeuvre destinée à permettre l'émission du mandat d'amener", avait affirmé à l'AFP Me Kourchid.

"Il n'y aucune raison légale qui justifie la détention d'un homme malade acquitté par la justice" avait poursuivi cet avocat, coordinateur d'un comité de défense mandaté par la famille de l'ancien dignitaire libyen.

"Le parquet du Tunis a émis mardi un mandat de dépôt à l'encontre de M. Al-Baghdadi à la suite d'une demande d'Interpol sur la base d'un mandat d'amener émis par les autorités judiciaires libyennes", a expliqué le porte-parole du ministère de la Justice, Kadhem Zine El Abidin.

Selon la même source, cette mesure "est provisoire et ne doit pas dépasser trente jours en prévision de la présentation d'une demande d'extradition par voie diplomatique".

Cette affaire sera examinée par la chambre d'accusation du tribunal de première instance de Tunis, qui "prendra la décision de son extradition ou pas", a précisé à l'AFP le porte-parole du ministère de la Justice.

Premier ministre jusqu'aux derniers jours du régime Kadhafi, M. Al-Mahmoudi avait été arrêté le 21 septembre près de l'oasis Tamaghza (sud), à la frontière avec l'Algérie.

Limitrophe de la Libye, la Tunisie a constitué une voie de passage ou de séjour pour les Libyens depuis le début du conflit mi-février.