Pour les états africains endettés, l'allègement de la dette est "vital"

AFRICA RADIO

15 octobre 2022 à 15h36 par AFP

Les gouvernements africains ont exhorté samedi les créanciers à accélérer l'allègement de la dette, estimant que les retards limitaient la croissance sur un continent confronté à toute une série de défis, de la forte inflation à l'insécurité alimentaire.

S'exprimant lors d'une conférence de presse en ligne du Fonds monétaire international (FMI), le ministre zambien des Finances Situmbeko Musokotwane a déclaré que l'allègement de la dette était un "vital" pour ramener l'économie mondiale "à la normale". "Notre capacité à participer à l'économie mondiale est limitée", a déclaré M. Musokotwane. "Tout ce que nous pouvons faire est d'exhorter nos partenaires, les créanciers, à considérer cela comme une question d'urgence. C'est ce que nous demandons. De la rapidité, de la rapidité, de la rapidité, voilà ce dont nous avons besoin." Fin 2020, la Zambie était devenue le premier pays africain en défaut de paiement depuis le début de la pandémie de coronavirus avec une dette extérieure estimée à 17,3 milliards de dollars. Le mois dernier, elle a obtenu un prêt de 1,3 milliard de dollars du FMI pour l'aider à rétablir la stabilité budgétaire. Le G20 a convenu d'un "cadre commun" pour la restructuration de la dette des pays les plus pauvres, mais sa mise en oeuvre est lente. Vendredi, la secrétaire d'État américaine au Trésor, Janet Yellen, a accusé la Chine, principal créancier de nombreux pays africains, de "ne pas participer de manière constructive" et d'entraver les efforts d'allègement de la dette. Le ministre zimbabwéen des finances, Mthuli Ncube, a déclaré au panel du FMI que les appels de Mme Yellen à une plus grande participation de la Chine étaient "appropriés". "Nous entrons dans une période très difficile au niveau mondial", a-t-il déclaré. "Nous ne voulons pas que l'endettement freine la croissance des pays africains, simplement parce que les créanciers sont trop lents à faire ce qu'il faut", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la semaine semaine, le FMI a estimé que l'Afrique subsaharienne était confrontée à un "contexte le plus difficile depuis des années", la reprise de la région étant perturbée par une inflation galopante, des taux d'intérêt en hausse et un ralentissement mondial. Le FMI a appelé à une meilleure mise en oeuvre du "cadre commun", en soulignant que les niveaux d'endettement avaient augmenté mais que la hausse des taux d'intérêt mondiaux signifiait que l'accès au financement risquait de "devenir beaucoup moins clément". Alors que la région traverse sa troisième année de crise, les responsables politiques disposent d'une marge de manoeuvre limitée pour faire face.