RDC: le M23 annonce se retirer d'une position stratégique dans l'est

AFRICA RADIO

23 décembre 2022 à 10h36 par AFP

La rébellion du M23 a annoncé vendredi accepter de se retirer de Kibumba, une de ses positions stratégiques aux portes de la capitale provinciale Goma, conquise fin octobre, dans l'est de la République démocratique du Congo, selon un communiqué. 

Goma (RD Congo) (AFP)

Après des semaines de combats avec l'armée congolaise, "le M23 apporte son soutien aux efforts régionaux et accepte de céder ses positions de Kibumba à la responsabilité de l'EACRF (East African Community Regional Force)", note le Mouvement du 23 mars (M23).

Il s'agit, selon ce communiqué signé par Lawrence Kanyuka, porte-parole politique de ce mouvement rebelle, d'un "geste de bonne volonté fait au nom de la paix".Une cérémonie à laquelle les journalistes sont invités est prévue en fin de matinée, selon ce document.

Depuis la relance de son offensive en octobre, la rébellion tutsi du M23 a conquis de vastes pans du territoire du Nord-Kivu, province congolaise frontalière du Rwanda, entraînant une brutale montée de tension entre Kinshasa et Kigali.

Kibumba est passé sous contrôle du M23 mi-novembre après d'intenses combats avec l'armée, faisant craindre une prise de Goma, ville de plus d'un million d'habitant, et capitale provinciale du Nord-Kivu.

Cette annonce du retrait de Kibumba intervient au moment où l'armée rwandaise est accusée d'avoir mené des opérations militaires dans l'est congolais et d'avoir fourni "des armes, des munitions et des uniformes" à la rébellion du M23, selon un rapport d'experts mandatés par les Nations unies, non encore publié mais consulté jeudi par l'AFP.

Kinshasa accusant Kigali de soutenir activement le M23 et de combattre à ses côtés, les relations entre les deux voisins sont exécrables et l'ambassadeur rwandais a été expulsé par la RDC.Kigali dément ces accusations.

Parmi les différentes initiatives diplomatiques lancées pour tenter de résoudre la crise dans l'est de la RDC, un sommet organisé il y a un mois à Luanda avait décidé d'un cessez-le-feu le 25 novembre au soir, et envisagé un retrait du M23 des zones conquises deux jours plus tard.

Faute de quoi, la force régionale est-africaine en cours de déploiement dans le Nord-Kivu interviendrait pour déloger les rebelles.Mais jusqu'à présent, le M23 a gardé ses positions, tout en élargissant par endroits la zone sous son contrôle.

Dans son communiqué, le M23 a présenté "sa gratitude aux dirigeants régionaux pour leurs efforts incessants de trouver une solution pacifique au conflit en cours dans l’Est de la RDC".