Soudan: des manifestants bloquent l'aéroport de Port-Soudan

24 septembre 2021 à 15h51 par AFP

AFRICA RADIO

Des dizaines de Soudanais ont bloqué vendredi l'aéroport de Port-Soudan, dans l'est du pays, pour dénoncer un accord de paix avec des rebelles, quelques jours après que des manifestants ont déjà fermé le port de cette même ville, ont rapporté vendredi des témoins.

En octobre 2020, 18 mois après la destitution de l'autocrate Omar el-Béchir, les autorités de transition ont conclu un accord de paix avec des groupes rebelles mais l'une des plus grandes tribus de l'Est --les Beja-- l'a rejeté. Elle assure qu'il ne lui garantit pas une assez grande représentation politique. Un porte-parole de Badr Airlines, une compagnie qui assure un vol quotidien entre Port-Soudan et la capitale Khartoum, a annoncé avoir suspendu ses opérations en raison de la présence des manifestants. Les responsables de l'aéroport n'étaient pas immédiatement disponibles pour commenter. Des témoins ont indiqué à l'AFP que des manifestants avaient bloqué l'aéroport vendredi, mais aussi un pont-clé reliant l'Etat de Kassala (est) au reste du pays, empêchant selon eux la circulation. Port-Soudan et Kassala sont tous deux situés dans l'est du Soudan, l'une des régions les plus pauvres du pays. Depuis lundi, des manifestants bloquent par ailleurs l'accès au principal port du pays, à Port-Soudan, plaque tournante commerciale vitale pour l'économie soudanaise paralysée. Les témoins ayant parlé à l'AFP n'ont pas identifié les manifestants de vendredi. Mais Abdallah Abou Shar, un chef des Beja, a confirmé implicitement que des membres de sa tribu étaient derrière les manifestations. "Aujourd'hui (vendredi), il y a une fermeture totale des Etats de la mer Rouge et de Kassala", a-t-il déclaré à l'AFP. "Nous avons empêché tout mouvement d'entrée et de sortie de l'aéroport de Port-Soudan et bloqué le pont Al-Batana à Kassala", a-t-il ajouté. Port-Soudan voit transiter la grande majorité du commerce extérieur soudanais. La ville abrite également un aéroport international et une raffinerie de pétrole. Dirigé depuis août 2019 par un gouvernement civilo-militaire de transition, le Soudan tente de tourner la page de décennies de conflits internes, mais est aux prises avec de graves difficultés économiques, héritées du pouvoir de Béchir marqué notamment par des sanctions américaines. Les dernières manifestations surviennent quelques jours après que le gouvernement a annoncé avoir déjoué une tentative de coup d'Etat qui, selon lui, impliquait des responsables militaires et des civils liés à l'ancien régime.