Zimbabwe: un mort dans de nouvelles violences à un meeting de l'opposition

AFRICA RADIO

27 février 2022 à 16h51 par AFP

Au moins un militant de l'opposition zimbabwéenne a été tué et 17 autres hospitalisés dimanche, après des violences qui ont éclaté en marge d'un rassemblement à Kwekwe (centre), a-t-on appris auprès de la Coalition des citoyens pour le changement (CCC).

Le porte-parole de la police n'était toutefois pas joignable dans l'immédiat pour confirmer ce bilan. Des milliers de militants s'étaient réunis pour écouter un discours de Nelson Chamisa, chef du parti et principal opposant au président Emmerson Mnangagwa et son parti ZANU-PF, au pouvoir depuis l'indépendance, selon un photographe de l'AFP sur place. Plus d'une dizaine d'hommes, soupçonnés d'être des militants du parti au pouvoir, sont descendus d'un pick-up et ont initié des violences en marge du rassemblement, a constaté ce photographe, affirmant qu'un vieux monsieur notamment avait eu la jambe cassée. Des images circulant sur les réseaux sociaux les montrent jetant des pierres contre la foule. Des témoins racontent aussi qu'ils ont utilisé barres de fer et machettes pour s'en prendre aux membres du CCC. Les affrontements se sont poursuivis, obligeant M. Chamisa à interrompre son discours, à un mois d'élections partielles perçues comme un scrutin test en amont des élections générales de 2023. La Croix-Rouge locale a également pris en charge des dizaines de militants blessés. Ces événements surviennent au lendemain des déclarations du vice-président du pays, Constantino Chiwenga, affirmant que le parti au pouvoir allait "écraser" l'opposition, alimentant ainsi les craintes d'une nouvelle vague de violences soutenues par l'État. Samedi, la police avait déjà violemment dispersé des centaines d'opposants à Gokwe, à quelque 140 km, sous prétexte qu'elle manquait de personnel pour proprement encadrer le rassemblement. "Nous condamnons cette violence débridée", a affirmé dimanche à l'AFP la porte-parole de la CCC, Fadzayi Mahere. "Nous demandons la fin de la persécution politique et de l'incitation des hauts dirigeants de la Zanu qui ont menacé d'+écraser le CCC comme des poux+. Cela n'est pas acceptable en démocratie", a-t-elle ajouté. Le président Mnangagwa, successeur en 2017 de Robert Mugabe qui a régné d'une main de fer pendant 37 ans, est souvent accusé de vouloir museler toute opinion dissidente.