7.000 refugiés burkinabè réfugiés en Côte d'Ivoire après des attaques jihadistes

AFRICA RADIO

4 février 2022 à 18h06 par AFP

Environ 7.000 Burkinabè fuyant les attaques jihadistes dans leur pays se sont réfugiés dans le nord-ouest de la Côte d'Ivoire depuis l'année dernière, a annoncé vendredi le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

"7.000 Burkinabè sont arrivés dans le nord-ouest de la Côte d'Ivoire depuis le mois de mai de l'année dernière", a déclaré un porte-parole du HCR, Boris Cheshirkov. Le HCR a précisé que l'arrivée des réfugiés burkinabè en Côte d'Ivoire n'a aucun lien avec le coup d'Etat militaire du 24 janvier 2022, qui a vu la démission du président Roch Marc Kaboré. "L'afflux s'est accéléré au cours des six dernières semaines - bien qu'il ne soit pas considéré comme lié au récent coup d'Etat militaire au Burkina Faso - avec une moyenne de 100 personnes qui ont récemment traversé la frontière quotidiennement, selon les autorités locales", a précisé le HCR. Le Mali, le Niger et le Bénin voisins du Burkina Faso accueillent également des réfugiés burkinabè. "Plus de 34.000 Burkinabè sont désormais en exil dans la région", a souligné M. Cheshirkov. En plus de l'exode vers les pays voisins, le Burkina Faso est confronté au problème des déplacés internes, dont le nombre a augmenté de 50 % l'an dernier pour atteindre plus de 1,5 million de personnes. Le HCR s'inquiète également des conditions de vie des réfugiés burkinabè arrivés en Côte d'Ivoire. "De nombreuses familles ivoiriennes hébergent jusqu'à 30 réfugiés burkinabé dans de petites maisons", selon la même source citant du personnel du HCR. "La surpopulation, selon cette source, détériore les conditions sanitaires et les nombreux cas de paludisme, d'infections respiratoires et de malnutrition augmentent la charge des établissements de santé locaux". Dans le sillage du Mali et du Niger, le Burkina Faso est pris depuis près de sept ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique, qui ont fait plus de 2.000 morts dans le pays et contraint au moins 1,5 million de personnes à fuir leurs foyers.