Crise Algérie/Maroc: appel "à la raison" contre le risque d'escalade

4 septembre 2021 à 16h21 par AFP

AFRICA RADIO

Plus de 200 personnes marocaines et algériennes, issues de la société civile, ont appelé samedi à un "retour à la raison" et à "contrer l'escalade" dans une pétition publiée à la suite de la décision d'Alger de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat.

Les signataires appellent "à contrer l'escalade et à faire face aux appels à la confrontation et à la haine, pour mieux consolider les piliers de la fraternité, de la coopération et pour contribuer à construire l'avenir auquel nous aspirons", selon un communiqué. Intellectuels, universitaires et acteurs de la société civile -- en majorité marocains -- disent refuser "la situation actuelle qui voudrait aboutir à une confrontation contre-nature (...) antinomique avec les intérêts des deux peuples et de ceux de la région". Le 24 août, l'Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, en l'accusant "d'actions hostiles" après des mois de tensions exacerbées entre ces deux pays du Maghreb. Le Maroc a, pour sa part, regretté cette décision "complétement injustifiée" et rejeté "les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent". Les relations entre les deux pays voisins sont traditionnellement difficiles en raison, notamment, de l'épineux dossier du Sahara occidental. Fin juillet, le roi du Maroc Mohammed VI avait déploré les "tensions" avec l'Algérie, invitant le président algérien Abdelmadjid Tebboune "à faire prévaloir la sagesse" et "oeuvrer à l'unisson au développement des rapports" entre les deux pays. Les liens diplomatiques avaient été rompus une première fois entre les deux pays quand le 7 mars 1976, Rabat mettait fin à ses relations avec Alger qui avait reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD), autoproclamée par les indépendantistes du Front Polisario. La frontière entre l'Algérie et le Maroc est officiellement fermée depuis le 16 août 1994.