Deux journalistes togolais condamnés par contumace

AFRICA RADIO

15 mars 2023 à 21h51 par AFP

Deux journalistes critiques du pouvoir au Togo ont été condamnés mercredi à trois ans de prison ferme par le tribunal de grande instance de Lomé notamment pour outrage à l'autorité, a indiqué à l'AFP leur avocat.

Ferdinand Ayité et Kokou Kouwonou, connu sous le nom d'Isidore Kouwonou, respectivement directeur de publication et rédacteur en chef du bihebdomadaire L'Alternative sont mis en examen depuis décembre 2021 pour "outrage à l'autorité" et "propagation de propos mensongers sur les réseaux sociaux". Ces poursuites font suite aux plaintes de deux ministres pour des propos tenus dans une émission diffusée sur Youtube. Un tribunal de Lomé, suivant les réquisitions du parquet, les a condamnées à "3 ans de prison ferme et à 3 millions de FCFA (4.573 euros) d'amende chacun. Un mandat d'arrêt international a été lancé contre les deux", a déclaré l'avocat, Me Elom Kpadé, dénonçant un "procès expéditif". "Les deux journalistes n'étant pas présents, j'ai demandé formellement un renvoi pour que le parquet puisse procéder à une nouvelle citation à prévenu. Mais le tribunal s'est opposé à cette demande", a ajouté Me Kpadé. M. Ayité et un autre journaliste avaient été déjà écroués à la prison civile de Lomé en décembre 2021 dans le même dossier, avant d'être libérés quelques jours plus tard. Ferdinand Ayité, "porté disparu" depuis le début du mois selon ses proches, avait déclaré il y a une semaine "relativement bien" et être "plus ou moins à l'abri du danger", dans un message publié sur Facebook. "Les deux journalistes vont bien et ils sont en sécurité", a affirmé Me Kpadé. L'Alternative avait été suspendu en février 2021 pour quatre mois dans un dossier impliquant l'actuel ministre de l'Urbanisme Koffi Tsolenyanu.