France: rassemblement de Harkis qui réclament le rétablissement de leur "honneur"

AFRICA RADIO

19 mars 2022 à 11h51 par AFP

Près de 300 harkis et leurs descendants se sont rassemblés samedi devant le mémorial du camp de Rivesaltes dans le sud-ouest de la France pour demander à l'Etat de "rétablir" leur "honneur", alors que le pays commémore le 60e anniversaire des Accords d'Evian et du cessez-le-feu en Algérie.

"Pour tourner la page sans la déchirer, nous demandons aux politiques une loi de réparation à la hauteur de nos souffrances, pour tous", a affirmé à l'AFP Hocine Louanchi, le président de l'association Les Harkis et leurs amis, à l'origine du rassemblement. D'anciens militaires français, des pieds-noirs et des élus locaux ont également fait le déplacement. "Nous sommes ici pour dénoncer la date de notre massacre. Le 19 mars ce n'est pas la fin de la guerre. Le 19 mars c'est la date à laquelle la France a désarmé mon père et l'a livré à l'ennemi", a lancé M. Louanchi. Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962), mais au lendemain des accords d'Evian consacrant la défaite française, le gouvernement français a rejeté leur rapatriement massif. Seuls 42.000 d'entre eux ont été évacués en France par l'armée. D'autres y parviennent clandestinement et au total environ 90.000 personnes -harkis et leurs familles-- arrivent en France entre 1962 et 1965, dont la moitié atterrit dans des camps, où des bébés et enfants perdront notamment la vie faute de soins. Ceux qui restent, considérés comme des traîtres par le nouveau régime algérien, sont victimes de dures représailles. Le texte de loi voté en février reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" en France et prévoit une "réparation" financière de ce préjudice. La mesure concerne "les anciens combattants harkis et leurs épouses, accueillis après 1962 en +métropole+, mais aussi leurs enfants qui y ont séjourné, voire y sont nés". "Vous croyez qu'avec 100.000 morts il suffit de demander pardon? Ce qu'on demande d'abord c'est le rétablissement de l'honneur des harkis. Il faut qu'on rentre dans l'histoire. Le pardon ils peuvent se le garder", lance M. Louanchi, qui est arrivé au camp de Rivesaltes avec sa mère en 1964, alors qu'il avait 12 ans. "Ce qu'on nous donne, ce sont des miettes !", dit-il, appelant notamment l'Etat à accorder la Légion d'honneur à tous les harkis encore en vie. La France commémore samedi le 60e anniversaire des Accords d'Evian et du cessez-le-feu en Algérie, avec une cérémonie où le président Emmanuel Macron va de nouveau plaider pour un "apaisement" des mémoires sur les deux rives de la Méditerranée.