Afrique du Sud: grève dans une mine de platine de Northam

4 novembre 2013 à 11h02 par La rédaction


Johannesburg (AFP)

La majorité des employés d'une mine de platine sud-africaine exploitée par le groupe sud-africain Northam Platinum se sont mis en grève dimanche soir pour obtenir de meilleurs salaires, ont indiqué patronat et syndicat.

"La grève a débuté dimanche soir, sans violence", a déclaré lundi à l'agence Sapa Ecliff Tantsi, chef négociateur du Syndicat national des mineurs (Num), précisant qu'elle était suivie par environ 7.000 mineurs représentant approximativement 80% des effectifs de l'entreprise.

"La direction de la division de Zondereinde (nord) de Northam signale que toutes les activités liées à l'abattage et au développement ont été suspendues hier soir, dimanche 3 novembre 2013, lorsque les employés ne se sont pas présentés" au travail, a de son côté noté lundi Memory Johnstone, porte-parole de l'entreprise.

"Tous les autres services permettant de garder la mine opérationnelle, y compris la ventilation, le pompage et les opérations de fonte, continuent", a-t-elle ajouté. 

"La compagnie a revalorisé son offre deux fois, alors que le Num ne l'a pas fait une seule fois", a-t-elle précisé à l'AFP.

Le Num exige notamment des augmentations allant de 22 à 43%, selon les calculs de la direction --le syndicat préférant avancer des revendications en rands--, qui a proposé sur deux ans de 7 à 8% pour la première année et de 7 à 7,5% (ou un point de plus que l'inflation) pour la seconde.

La mine produit 300.000 onces de platine par an selon son site internet, ce qui correspond à 5% de la production mondiale en 2012.

La plupart des mines de platine sud-africaines sont actuellement engagées dans de dures négociations salariales sur fond de rivalité entre le Num, proche du pouvoir, et le syndicat radical Amcu, qui a fortement recruté parmi les mineurs ces derniers mois. 

Elles avaient quasiment toutes été paralysées pendant plusieurs semaines au second semestre 2012 lors de la grande grève qui avait balayé les mines sud-africaines dans le sillage du sanglant mouvement de Marikana (nord), une mine de platine exploitée par le groupe britannique Lonmin où la police avait ouvert le feu sur des grévistes en août, faisant 34 morts.