Etats-Unis, Européens et Egpytiens saluent l'avancée vers une "solution politique" en Libye

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis et les principaux pays européens impliqués dans le dossier libyen ainsi que l'Egypte se sont félicités jeudi de la confiance accordée par le Parlement libyen au gouvernement de transition et ont réitéré leur appel au retrait de "tous les mercenaires et combattants étrangers" de Libye.

"Ce résultat est un pas essentiel sur la voie de l'unification des institutions libyennes et d'une solution politique globale à la crise qui a mis à l'épreuve la Libye et sa population", ont souligné les ministres des Affaires étrangères de la France, l'Allemagne, l'Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis dans une déclaration commune.Jean-Yves Le Drian, Heiko Maas, Luigi Di Maio, Dominic Raab et Antony Blinken ont appelé tous les acteurs libyens à "assurer un transfert constructif et sans heurt de toutes les compétences et de toutes les responsabilités" au gouvernement de transition, saluant au passage l'engagement du Premier ministre Fayez al-Sarraj à "céder le pouvoir".Le nouvel exécutif doit remplacer aussi bien le Gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par la Turquie, que le pouvoir rival à l'Est, incarné par le maréchal Khalifa Haftar et soutenu notamment par la Russie, les Emirats arabes unis et l'Egypte.Ce gouvernement doit désormais oeuvrer pour organiser des élections "libres et régulières" le 24 décembre et "mettre pleinement en oeuvre l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020", "y compris le retrait de Libye de tous les mercenaires et combattants étrangers", ont rappelé les cinq ministres.En décembre, la Libye comptait environ 20.000 mercenaires et militaires étrangers, notamment des combattants proturcs venus de Syrie et des mercenaires russes, selon l'ONU."Une excellente nouvelle", avait commenté Heiko Maas, une "grande avancée" avait renchéri Jean-Yves Le Drian un peu plus tôt lors d'une rencontre avec leurs homologues égyptien et jordanien à Paris sur le processus de paix israélo-palestinien."Tout cela va dans le sens d'une avancée vers la stabilité, la protection de la sécurité et de la souveraineté de la Libye" a commenté le ministre égyptien Sameh Choukri.L'Union européenne et ses 27 États membres ont également salué cette étape politique et menacé de sanctions toute violation de l'accord de cessez-le-feu par des "fauteurs de troubles".Après deux jours d'intenses débats, le Parlement a approuvé mercredi l'équipe d'Abdelhamid Dbeibah par 121 voix sur les 132 députés présents.Plongée dans le chaos depuis la chute du colonel Khadafi en 2011, la Libye est le théâtre de luttes d'influences et d'affrontements directs ou indirects de puissances étrangères.