Le Cap-Vert interdit les vols en provenance d'Italie pendant trois semaines (gouvernement)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement de l'archipel touristique du Cap-Vert a décidé jeudi d'interdire pendant trois semaines tous les vols en provenance d'Italie, le pays européen le plus touché par le nouveau coronavirus.

"Tous les vols en provenance d'Italie vers le Cap-Vert sont interdits pendant une période de trois semaines", peut-on lire dans un arrêté du conseil des ministres publié jeudi au Bulletin officiel de ce pays d'Afrique de l'Ouest."La situation sera réévaluée en fonction de l'évolution du coronavirus en Italie", ajoute le texte, qui est entré en vigueur immédiatement.Cette mesure tient compte du "niveau d'alerte de l'OMS et de l'anxiété croissante de la population", ainsi que des "faibles ressources médicales du pays pour faire face à une situation à grande échelle", selon le gouvernement.Composée de neuf îles situées au large du Sénégal, l'ancienne colonie portugaise, indépendante depuis 1975, est une destination prisée des touristes, particulièrement en hiver. Le tourisme représente environ 20% du PIB du pays.Le Cap-Vert est relié à l'Italie par des vols charters et par ceux de la compagnie nationale Cabo Verde Airlines. Il reçoit chaque année quelque 30.000 touristes en provenance de la péninsule, où vivent par ailleurs plus de 20.000 Capverdiens, selon les autorités.Interrogé par l'AFP, le responsable d'un tour-opérateur s'est félicité de la mesure, soulignant la nécessité de préserver la santé publique dans l'archipel, tout en disant craindre des conséquences négatives pour son entreprise si cette interdiction devait durer plus longtemps.Plus de 78.600 personnes ont jusqu'ici été contaminées en Chine par le nouveau coronavirus, dont plus de 2.700 mortellement. La maladie touche également des dizaines d'autres pays, avec un bilan de quelque 3.600 contaminations et plus de 50 morts.Avec plus de 500 cas de personnes positives au virus et 14 morts, l'Italie est devenue une plateforme de diffusion sur le reste du continent. Les pays voisins de la péninsule ont décidé de maintenir ouvertes leurs frontières, même si certains responsables politiques ont appelé à la mise en place de contrôles plus étroits.