Nigeria: 31 morts dans des attaques contre des villages

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins 31 personnes ont été tuées dans trois attaques perpétrées mardi et mercredi par des groupes criminels dans le nord-ouest et le centre du Nigeria, ont affirmé jeudi à l'AFP des habitants.

Mercredi, des hommes à motos ont envahi le village de Damaga, dans le district de Maradun, dans l'Etat de Zamfara 5nord-Ouest). "Les bandits sont arrivés vers 01H00 du matin et ont commencé à tirer sans distinction. Ils ont tué treize personnes", a affirmé à l'AFP un villageois, Ayuba Musa.Ces hommes armés "ont volé des vaches, des moutons et des chèvres, ils n'ont même pas épargné les poulets", a-t-il ajouté.La fusillade a provoqué la panique dans le village, où des élèves d'un collège ont immédiatement fui leur classe par peur d'un enlèvement, a déclaré un autre habitant à l'AFP, Sahame Umar, qui a donné le même bilan.Depuis une dizaine d'années, des groupes criminels, appelés "bandits" par les autorités, terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. Ils attaquent des villages, volent du bétail et enlèvent sur les routes des personnalités locales ou des voyageurs contre rançon. Ces derniers mois, ils ont multiplié les attaques visant des écoles, provoquant l'émoi dans le monde entier.En moins de trois mois, quatre enlèvements de masse d'élèves ont eu lieu dans ces régions pauvres et rurales du Nigeria.Toujours mercredi, un groupe criminel a également attaqué le village de Osewu, dans l'Etat de Nasarawa (centre) aux alentours de 06H00 du matin (05H00 GMT), tuant 17 personnes, dont un chef local. "Ils ont attaqué les villageois avec des machettes et ont tué 17 personnes", a déclaré à l'AFP un villageois, Idris Habibu. Les criminels étaient "très nombreux" et les miliciens locaux, en charge de protéger les communautés de ces gangs, "n'ont rien pu faire", selon lui. "Les assaillants sont venus avec des armes à feu, mais ils ont attaqué les villageois avec des machettes", affirme un autre habitant, Abdullahi Omeiza, confirmant le nombre de personnes tuées. La veille, mardi, une bande criminelle a tué une personne et blessé 18 autres dans l'attaque du village de Kapana, dans le district de Munya, de l'Etat du Niger (Centre). "Nous avons perdu une personne dans l'attaque des bandits et 18 autres ont été blessées par balles", a déclaré à l'AFP, Andrew Danjuma Jagaba, un député du Parlement de cet Etat. Contactée par l'AFP, la police de ces Etats n'était pas joignable jeudi après-midi pour confirmer ces attaques. Face à l'insécurité qui mine le Nord-Ouest, le président nigérian Muhammadu Buhari est de plus en plus critiqué.Jeudi, au cours d'une réunion à Abuja, le président a affirmé avoir demandé aux responsables de l'armée de frapper "plus fort" pour réprimer la criminalité dans cette région."Quiconque porte un AK-47 (une kalachnikov) doit être abattue", a-t-il menacé, selon un communiqué de la présidence.L'armée nigériane opère dans ces régions depuis 2016, mais sa priorité reste le nord-est du pays, en proie à une rébellion jihadiste depuis 2009. Ses opérations contre les gangs criminels n'ont pas endigué les attaques.Mardi, le gouverneur de l'Etat de Zamfara avait affirmé que 6.000 soldats supplémentaires seraient prochainement déployés, mais la présidence et l'armée avaient alors affirmé ne pas être au courant.