Afrique du Sud: subvention de 39 M EUR à une biotech pour un vaccin anti-Covid innovant

AFRICA RADIO

3 février 2022 à 17h51 par AFP

Le Medicines Patent Pool (MPP), organisation de santé publique soutenue par les Nations Unies, a accordé jeudi une subvention de 39 millions d'euros à la société sud-africaine de biotechnologie Afrigen pour des travaux sur les vaccins anti-Covid reposant sur l'ARN messager.

Afrigen Biologics and Vaccines, société basée au Cap, conduit un projet pilote de modification des vaccins Moderna, soutenu par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'initiative Covax qui vise à réduire l'inégalité vaccinale entre pays. L'objectif est de fabriquer un vaccin à l'ARN messager qui peut être conservé à des températures moins froides, ce qui le rendrait plus facile à stocker dans des pays à revenu faible ou moyen. Le vaccin d'origine nécessite un conservation à des températures de -25 °C à -15 °C, ce qui génère un coût important. Les premiers lots de vaccins à l'ARN messager de ce projet ont déjà été produits, selon un communiqué. Charles Gore, directeur exécutif du MPP, a déclaré dans un communiqué que son organisation était "ravie de soutenir Afrigen et ses partenaires africains afin d'accroître considérablement la capacité de fabrication locale et de réduire les inégalités flagrantes actuelles". La subvention couvrira les travaux du centre de transfert de technologie pendant cinq ans, jusqu'en 2026. Le gouvernement français finance les activités du MPP. "Nous continuerons à soutenir ce projet... il est très important pour le monde et pour l'Afrique", a déclaré l'ambassadeur de France à Pretoria, Aurelien Lechevallier, après avoir visité le laboratoire. Le MPP est une organisation internationale qui soutient le développement de médicaments pour les pays à revenu faible et intermédiaire. Mis en place en juillet, le pôle de transfert technologique formera d'autres pays et délivrera des licences de production aux pays pauvres laissés pour compte dans la course à la vaccination. "Son objectif est de permettre une capacité de fabrication de vaccins plus grande et plus diversifiée, de renforcer la sécurité sanitaire régionale africaine et de répondre de manière plus équitable" aux pandémies actuelles et futures, a précisé un communiqué. L'Afrique est le continent le moins vacciné au monde. Plus d'un an après l'administration du premier vaccin contre le Covid-19 dans le monde et deux ans après le début de la pandémie, seulement 11,3 % des Africains ont été complètement immunisés. Ce problème a mis en évidence l'énorme dépendance de l'Afrique à l'égard des vaccins importés et sa faiblesse technologique par rapport à l'Europe, la Chine et les États-Unis. À ce jour, seulement un pour cent des vaccins utilisés en Afrique sont produits sur le continent. Les autres acteurs impliqués dans groupe d'action mis en place en juillet au Cap sont le Biologicals and Vaccines Institute of Southern Africa (Biovac), le South African Medical Research Council et les Africa Centres for Disease Control and Prevention (Africa CDC).