Algérie: une cinquantaine de détenus du Hirak remis en liberté

AFRICA RADIO

31 mars 2022 à 13h06 par AFP

Une cinquantaine de personnes détenues dans le cadre du mouvement de protestation du Hirak en Algérie ont été remises en liberté dans l'attente de leur procès à la suite des poursuites engagées, a indiqué jeudi une ONG.

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a publié sur son compte Facebook les noms de 51 détenus qui ont bénéficié de cette mesure décidée par la justice algérienne, et remis en liberté mercredi et jeudi. "Nous mettons cette liste à jour au fur et à mesure que de nouveaux noms nous parviennent", a déclaré à l'AFP le coordinateur du CNLD, Kaci Tansaout. Le défenseur des droits humains, Zaki Hannache, connu pour son engagement en faveur du Hirak et écroué en février pour "apologie d'actes terroristes" et "diffusion de fausses informations", fait partie des détenus libérés. Une autre figure du Hirak, Chems Eddine Laalami, dit Brahim, détenu depuis juillet 2021, a également été remis en liberté, selon la même source. Ce tailleur, âgé de 30 ans, avait manifesté en février 2019 à Bordj Bou Arreridj (nord-est) pour dénoncer la candidature à un cinquième mandat présidentiel du défunt président Abdelaziz Bouteflika. Un soulèvement populaire pacifique, connu sous le nom de Hirak, avait éclaté peu après dans les grandes villes algériennes, forçant Bouteflika à démissionner deux mois plus tard. "Il s'agissait de détentions politiques qui n'avaient rien à voir avec le droit, et ces libérations provisoires le sont aussi", a déclaré à l'AFP l'avocate et militante des droits Nassima Rezazgui. Avant ces libérations, près de 300 personnes étaient emprisonnées en Algérie en lien avec le Hirak, mouvement à l'arrêt depuis la mi-mai 2021, ou pour des revendications concernant les libertés individuelles, selon le CNLD. ad/ezz/fka/bfi [object Object]