Burkina: le président de la transition ordonne un audit du secteur public

AFRICA RADIO

2 mars 2022 à 15h51 par AFP

Le président de la transition au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a ordonné mercredi un audit général du secteur public, une mesure visant à insuffler la bonne gouvernance dans l'administration, indique un communiqué officiel.

"Au regard des attentes légitimes des populations dans le domaine de la gouvernance et conformément aux objectifs prioritaires poursuivis, le président du Faso (...) a donné instruction au contrôleur général d'Etat et de (la) lutte contre la corruption, de procéder dans les meilleurs délais à un contrôle général de la gestion des structures de l'administration publique", indique un communiqué de la présidence. Il ajoute que ces contrôles prendront la forme, soit d'"un audit de gestion", soit d'"un audit d'investigation, de détection de fraudes financières". Ils porteront également sur "les passations des marchés publics" et "les frais de missions, de voyages et de carburant". Cet audit sera réalisé par l'Autorité supérieure de contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), en relation avec l'Ordre national des experts comptables et la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), "Un rapport global est attendu au terme des investigations", selon la présidence qui précise que "toutes les ressources humaines et matérielles nécessaires pour l'effectivité dudit contrôle sont mises à la disposition des structures" qui vont l'effectuer. Le réseau national de lutte anti-corruption (Ren-Lac), a aussitôt salué cette initiative visant à "impulser une dynamique de changement dans la gouvernance". En novembre 2021, lors de son dernier message à la nation, l'ex-président Roch Marc Christian Kaboré, avait déjà annoncé le lancement d'une "opération mains propres, pour vider tous les dossiers pendants de corruption et éclaircir toutes les affaires qui polluent le quotidien des Burkinabè épris de bonne gouvernance et de démocratie". Aucune action n'avait suivi cette annonce jusqu'à la chute de M. Kaboré le 24 janvier, renversé par une junte militaire dirigée par le lieutenant-colonel Damiba, investi mercredi président de transition, pour une durée de trois ans.