Droits de l’Homme : Les médias sociaux, un risque pour les Liberté d’Expression et de Réunion Pacifique

Droits de l’Homme : Les médias sociaux, un frein pour les Liberté d’Expression et de Réunion

26 octobre 2022 à 4h09 par Juliette Abwa V/Africa Radio Abidjan

La 6e Session Internationale de Formation en Droits de l’Homme se tient du 24 au 28 Octobre 2022 au Conseil National des Droits de l’Homme à Abidjan. Les Libertés d’Expression et de Réunion pacifique au cœur des débats.

La 6e Session Internationale de Formation en Droits de l’Homme organisée par la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté (FFN) en collaboration avec la Fondation René Cassin et le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) de Côte d’Ivoire a démarré le 24 Octobre et s’achève le 28 Octobre 2022. C’est sur le thème « Liberté d’expression et de réunion pacifique » que se tient cette 6e session délocalisée d’Abidjan et donne l’opportunité aux acteurs des Droits de l’Homme (avocats, magistrats, militants des droits...) une opportunité d’approfondir leurs connaissances, de débattre des défis rencontrés et de réfléchir sur des propositions de solutions à apporter afin d’améliorer l’écosystème du Droit International des Droits de l’Homme en matière de protection de la liberté d’expression et de Réunion pacifique.

Les liberté d’expression et de réunion pacifique sont de nouveaux au cœur des débats parce qu’aucune région du monde n’est épargnée, les atteintes sont multiples et la fragilité des principes cardinaux de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme se trouvent heurtés de plein fouet. Selon Irène Khan, Rapporteuse spéciale sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression: « Les algorithmes, la publicité ciblée et les pratiques d’extraction de données des grandes sociétés des médias sociaux semblent pousser les utilisateurs vers des 'contenus extrémistes' et vers les théories complotistes d’une manière qui fait le lit et amplifie la désinformation, tout en réduisant le pouvoir des individus et en usurpant leur autonomie et leur pouvoir de développer leurs propres opinions ». Ainsi, pour Sébastien Touzé, directeur de la Fondation René Cassin, la technologie numérique a mis à la disposition de divers acteurs des moyens de produire, de diffuser et d’amplifier des informations fallacieuses ou tendancieuses à des fins politiques, idéologiques ou commerciales, à une échelle, à une vitesse et avec une audience sans précédent.

C’est fort de cela que les acteurs tels que: André Kamaté, ancien directeur de la Promotion des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, Madame la Ministre Aimée G. ZEBEYOUX, Conseiller Spécial à la Présidence de la République, chargée des Droits de l’Homme et Dr Jo Holden, directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann, s’accordent à soutenir que les nouveaux médias (réseaux sociaux) à travers les discours de haine, la manipulation de l’information, l’arrestation des journalistes et la désinformation sont un frein à la liberté d’expression et à la démocratie.

Au micro d’Africa Radio, Professeur André Kamaté, nous parle du cas de certains journalistes ivoiriens qui ont subit la restriction de leurs libertés d’expression . Ecoutons.

Droits de l’Homme : Les médias sociaux, un frein pour les Liberté d’Expression et de Réunion