Eswatini: la justice refuse de reconnaître les organisations LGBT

AFRICA RADIO

30 avril 2022 à 12h51 par AFP

La justice du royaume d'Eswatini, dernière monarchie absolue d'Afrique où l'homosexualité est toujours interdite, a rejeté le recours de la principale organisation de défense des droits LGBT du pays, qui oeuvre de façon officieuse, pour être officiellement reconnue comme telle, a-t-on appris samedi auprès de l'ONG.

Les juges "affirment que l'organisation veut vendre du sexe au public. Cela ne figure nulle part dans le mandat et la vision de l'organisation", a déclaré la directrice d'Eswatini Gender Minorities, Sisanda Mavimbela. Le but de l'organisation est de "protéger, promouvoir et faire progresser les droits" LGBT, a-t-elle poursuivi. La Haute cour du pays dans la capitale Mbabane a estimé vendredi que l'objectif réel de l'ONG, qui lutte notamment pour l'accès aux soins des personnes LGBT, est de propager des informations sur des pratiques sexuelles entre personnes du même sexe, et a condamné l'étalage de ces questions. "Ce qui relève du caractère sacré du foyer ne doit pas être crié sur les toits", a déclaré la juge Mumcy Dlamini. Dans le petit Etat pauvre d'1,3 million d'habitants, les couples homosexuels ne peuvent ni se marier, ni adopter des enfants. L'homosexualité est proscrite par une loi sur la sodomie. "Il n'existe aucune législation reconnaissant les LGBT ou protégeant le droit à une orientation et à une identité de genre non hétérosexuelles", selon une autre association, Rock of Hope, qui dénonce des discriminations. Petit pays enclavé, Eswatini est gouverné depuis 1986 par le roi Mswati III, critiqué pour un train de vie extravagant et régulièrement accusé de violations des droits humains. Le roi, qui peut dissoudre le Parlement, le gouvernement et nommer ou démettre les juges, commande aussi la police et l'armée. Les partis politiques, théoriquement autorisés, ne peuvent pas participer aux élections. Fin juin 2021, des manifestations pro-démocratie se sont intensifiées, faisant plusieurs morts.