Ethiopie: toujours aucun convoi d'aide au Tigré, gouvernement et rebelles s'accusent

AFRICA RADIO

29 mars 2022 à 19h21 par AFP

Autorités d'Addis Abeba et rebelles du Tigré s'accusent mutuellement de bloquer les convois d'aide humanitaire censés enfin accéder à cette région du nord de l'Ethiopie à la faveur d'une récente "trêve".

Le 24 mars, le gouvernement fédéral du Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé une "trêve humanitaire illimitée" dans les presque 17 mois de conflit avec les rebelles du Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), pour permettre "la libre circulation de l'aide humanitaire" vers cette région menacée de famine. Quelques heures plus tard, les rebelles tigréens avaient indiqué vouloir respecter cette trêve. Chaque camp a posé ses conditions: le gouvernement a exigé le retrait du TPLF des zones qu'il occupe dans les régions de l'Amhara et de l'Afar, voisines du Tigré ; les rebelles ont réclamé l'arrivée dans "un délai raisonnable" de l'aide humanitaire. Or depuis, aucun des camions d'aide actuellement positionnés à Semera, capitale de l'Afar, n'a atteint le Tigré, où aucune aide n'est arrivée par la route depuis le 15 décembre. Dans un communiqué publié mardi, le gouvernement éthiopien assure qu'il "a utilisé tous les moyens disponibles pour secourir ses citoyens dans la région du Tigré, mais n'a pas pu obtenir la coopération de l'autre partie", à savoir le TPLF. "Les 43 camions d'aide alimentaire que le Programme alimentaire mondial (PAM) a été autorisé (à acheminer) n'a pu être transportée au Tigré en raison de la fermeture de la route (...) par les combattants du TPLF", affirme-t-il. Mardi matin, comme ces derniers jours, le TPLF a répété qu'"aucune aide humanitaire n'est arrivée au Tigré depuis" l'annonce de la trêve et a dénoncé les "affirmations mensongères" des autorités éthiopiennes, tout en réclamant que la "livraison d'aide humanitaire sans obstacle soit dissociée des questions politiques". Samedi, les rebelles avaient accusé le gouvernement "de colporter des récits fictifs" quand il affirme que le TPLF "bloque la livraison de l'aide au Tigré". La situation sur le terrain, en Afar ou au Tigré, est difficile à vérifier de façon indépendante. Les organisations humanitaires n'ont pas réagi à ces dernières accusations mutuelles. Le PAM a récemment "salué" l'annonce de la trêve, disant alors "se tenir prêt à livrer l'aide humanitaire à grande échelle aux populations touchées dans le nord de l'Ethiopie". "Nos équipes, l'approvisionnement humanitaire et les camions sont prêts à livrer dès qu'un accès sûr et sans restriction sera garanti par toutes les parties", avait ajouté l'agence onusienne, sans autre détail. Le PAM estimait en janvier qu'au Tigré 4,6 millions de personnes, soit 83% des quelque six millions d'habitants de la région, sont en situation "d'insécurité alimentaire", tandis que deux millions souffrent d'une "pénurie extrême de nourriture". Depuis mi-février, les opérations humanitaires au Tigré - où plus de 400.000 personnes ont été déplacées par le conflit - sont quasiment interrompues par les pénuries de carburant, de vivres et de liquidités sur place, selon l'ONU.