Feux de forêt: deux nouveaux décès dans le nord du Maroc

AFRICA RADIO

26 juillet 2022 à 12h21 par AFP

Deux femmes sont décédées par "asphyxie" après le départ lundi soir de plusieurs feux de forêt dans la province de Larache, dans le nord du Maroc, déjà éprouvée récemment par des incendies destructeurs, a-t-on appris mardi auprès des autorités locales.

Ces décès portent à quatre le nombre de personnes qui ont trouvé la mort à cause des feux dans le nord du royaume depuis la mi-juillet. Les deux dernières victimes "n'ont pas voulu répondre aux appels des autorités locales de l'impératif d'évacuer les habitations menacées par les feux", ont indiqué à l'AFP les autorités provinciales de Larache. La veille, un bénévole avait péri dans la province de Taounate (nord) alors qu'il combattait les flammes aux côtés des équipes d'intervention mobilisées pour éteindre un incendie qui a ravagé au moins 33 hectares de terres boisées. Une autre personne, victime des flammes, était décédée dans la province de Larache à la mi-juillet. Dans cette même zone, où des milliers de hectares ont été dévastés récemment par des feux de forêt, 536 familles originaires de 11 villages ont dû être évacuées depuis lundi à titre préventif. Les services de lutte anti-incendie s'efforcent mardi de maîtriser plusieurs foyers qui ont détruit au moins 30 hectares de forêt dans la région de Larache, au sud de Tanger. Ils sont secondés notamment par quatre bombardiers d'eau et des camions-citernes des sapeurs-pompiers. Un autre incendie a détruit depuis lundi soir 35 hectares de terres boisées dans la province de Fahs-Anjra, également au nord, selon les autorités locales. Plus de 10.500 hectares, principalement de massifs forestiers, ont été ravagés par les flammes du 13 au 18 juillet dans six provinces septentrionales (Larache, Ouezzane, Tétouan, Chefchaouen, Taza et Al Hoceima). Vendredi, le gouvernement marocain a débloqué une aide d'urgence de près de 30 millions d'euros pour mettre en oeuvre des mesures en faveur des victimes des feux de forêts et réduire leur impact sur l'activité agricole et l'environnement.