Guinée: le début du procès du massacre de 2009 fixé au 28 septembre

AFRICA RADIO

16 septembre 2022 à 16h36 par AFP

Les Guinéens tiennent enfin la date du procès longtemps attendu du massacre de 2009 au stade de Conakry: il débutera le 28 septembre, treize ans jour pour jour après cet événement qui a marqué l'histoire contemporaine du pays.

Conakry (AFP)

Ce procès va "revisiter notre histoire" et faire en sorte que "nous (en) sortions tous avec une nouvelle vision de la Guinée, où l’impunité n’aura plus désormais sa place", a déclaré à la presse le ministre de la Justice Alphonse Charles Wright, au sortir d'une réunion du comité de pilotage du procès.

Il pourrait permettre au pays d'avancer vers le "processus de réconciliation qu'on a tant demandé", a-t-il souligné.

Ce 28 septembre 2009, un regroupement d'ONG et de partis d'opposition organise un rassemblement dans le principal stade de Conakry.Des milliers de personnes protestent contre une possible candidature du chef de la junte militaire d'alors, Moussa Dadis Camara, à la présidentielle prévue en janvier 2010.

Le capitaine Camara, jusqu'alors inconnu, a pris le pouvoir en décembre 2008 à la faveur d'un putsch et s'est autoproclamé président.

Le pouvoir envoie l'armée qui se livre à une sanglante répression dans et autour de l'enceinte.Au moins 157 personnes sont assassinées et 109 femmes violées, selon une commission internationale d'enquête de l'ONU.

Les témoignages des victimes sont terrifiants.L'émotion, nationale et internationale, est considérable et précipite la chute du régime militaire.La commission d'enquête de  l'ONU conclut que "le massacre du 28 septembre" était un "acte prémédité" par la junte.

- Longue attente -

L'instruction judiciaire s'est achevée en décembre 2017, avec le renvoi d'une douzaine de prévenus devant un tribunal, dont Moussa Dadis Camara.

Mais les victimes et leurs proches attendaient depuis lors ce procès, qui tardait malgré les engagements récurrents des autorités sous le régime de l'ex-président Alpha Condé (2010-2021), renversé par un coup d'Etat militaire il y a un an.

Les défenseurs des droits ont également poussé en ce sens, au nom du combat contre l'impunité répandue selon eux dans ce pays à l'histoire politique troublée, ainsi que la Cour pénale internationale (CPI), qui a envoyé une délégation début septembre pour évaluer l'état des préparatifs.

"Depuis l’ouverture des enquêtes en février 2010 devant les juridictions guinéennes, beaucoup de victimes sont décédées, certaines sont malades et vivent dans la précarité la plus absolue", ont rappelé jeudi dans un communiqué les Coalitions de l’Afrique francophone pour la Cour Pénale Internationale (CAF CPI).

"A ce triste constat, il faut ajouter la situation des femmes répudiées par leur mari et celles atteintes du VIH SIDA, suite aux viols dont elles ont été victimes, sans oublier les enfants orphelins déscolarisés, qui sont devenus de nos jours majeurs", ont ajouté ces organisations qui réclament un procès "juste, équitable, impartial et inclusif".

- Date anniversaire -

Le colonel Doumbouya, à la tête de la junte désormais au pouvoir, avait demandé mi-juillet l'ouverture du procès avant la date anniversaire du massacre.

"Monsieur le ministre de la Justice (...) a pu mettre tout en oeuvre pour que la Guinée puisse avoir la capacité technique (de) pouvoir tenir ses engagements internationaux en matière de promotion et de protection des droits de l’homme", a déclaré M. Wright.

Le garde des Sceaux avait préalablement évoqué la date du 26 septembre, tout en disant qu'elle n'était pas confirmée.

La date a finalement été repoussée au 28 septembre, "à la demande du procureur de la CPI, qui a sollicité sa présence ici le 28 pour assister à l’ouverture de ce procès", a précisé le ministre.

Un peu plus de deux mois après le massacre du stade de Conakry, début décembre 2009, Moussa Dadis Camara avait été victime d'une tentative d'assassinat, et était parti se faire soigner au Maroc.Il avait ensuite renoncé au pouvoir en janvier 2010, pour aller vivre au Burkina Faso.Quelques mois plus tard, Alpha Condé devenait le premier président démocratiquement élu depuis l'indépendance.

Moussa Dadis Camara était rentré en Guinée en décembre 2021 après y avoir été autorisé par la junte.Il s'était alors dit "prêt à (se) mettre à la disposition de la justice".Mais il est depuis retourné au Burkina Faso.