Attentat à Marrakech: le ministre de l'Intérieur reçoit les proches des victimes

Par La rédaction

RABAT (AFP) - (AFP)

Des familles de victimes françaises et marocaines de l'attentat de Marrakech, au sud du Maroc, qui avait fait 17 morts dont huit Français, ont été reçues vendredi par le ministre de l'Intérieur Taieb Cherkaoui, a rapporté l'agence officielle marocaine MAP.

Au cours de cette rencontre, à laquelle a assisté l'ambassadeur de France au Maroc, Bruno Joubert, les proches des victimes -françaises et marocaines- se sont dits "confiants en la justice marocaine pour châtier ces terroristes", a indiqué la MAP.

"Nous essayons de reconstruire des ponts et des passerelles pour réparer ce que le terrorisme fait en propageant la haine et la peur de l'autre", a déclaré à l'AFP Guillaume Denoix de Saint Marc, président de l'Association française des victimes du terrorisme, également reçu au ministère.

Cette association s'est constituée partie civile aux côtés des proches des familles des victimes, notamment françaises, qui assistent régulièrement au procès des neuf suspects de cet attentat à la bombe perpétré le 28 avril dans un café du centre de Marrakech.

Lors de la deuxième séance du procès Jeudi, tous les co-accusés du principal suspect Adil Al-Atmani, ont nié leur participation à l'attentat.

Al-Atmani avait reconnu en un premier temps sa responsabilité dans l'attentat avant de se rétracter par la suite.

L'attentat de Marrakech avait fait 17 morts dont huit Français, deux Marocains et un Suisse.Cet acte a porté un préjudice énorme au tourisme national et étranger à Marrakech.

Au lendemain de l'attentat, le ministère marocain de l'Intérieur avait indiqué que le principal prévenu, qui risque la peine capitale avec ses complices, "est fortement imprégné de l'idéologie jihadiste" et "exprime ouvertement son allégeance pour Al-Qaïda".

Mais Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a nié toute implication dans l'attentat.

Selon l'acte d'accusation, les prévenus sont accusés d'avoir "porté gravement atteinte à l'ordre public, d'assassinat avec préméditation (..) et appartenance à un groupe religieux interdit".