Ebola: les infirmiers du principal hôpital du Liberia en grève

Par La rédaction

Monrovia (AFP)

Les infirmiers du plus grand hôpital du Liberia, pays le plus touché par l'épidémie d'Ebola, se sont mis en grève lundi, exigeant de meilleurs salaires et des équipements adaptés.

"Nous avons besoin d'un équipement adéquat pour travailler et d'être mieux payés parce que nous risquons nos vies", a déclaré John Tugbeh, le porte-parole des grévistes de l'hôpital John Fitzgerald Kennedy à Monrovia. 

Les infirmiers ne se remettront pas au travail tant qu'ils n'auront pas reçu "un équipement de protection individuelle", des combinaisons spécialement conçues pour empêcher la transmission des maladies infectieuses, a-t-il ajouté.

"Depuis le début de l'épidémie d'Ebola, nous n'avons reçu aucun équipement de protection, a expliqué M. Tugbeh.C'est pourquoi tant de médecins ont été contaminés."

"Nous devons rester chez nous jusqu'à ce que nous obtenions" ces combinaisons, a-t-il ajouté.

Le virus de fièvre hémorragique Ebola, qui se transmet au contact de fluides corporels, a tué 1.552 personnes dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest, selon un dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) arrêté au 26 août. 

Le Liberia est le pays le plus touché par l'épidémie avec 694 morts sur 1.378 cas détectés.

Près d'un dixième des décès se comptent parmi les personnels soignants.L'OMS a alerté que le nombre total de cas pourrait dépasser les 20.000.

Le service de chirurgie de l'hôpital JFK de Monrovia est le seul centre de référence en traumatologie au Liberia et un mouvement de grève suivi pourrait à long terme handicaper le pays dans sa lutte contre Ebola.