Mozambique: l'armée réfute les accusations de "crimes de guerre" d'Amnesty

Par AFP

AFRICA RADIO

Le chef d'état-major adjoint de l'armée mozambicaine a démenti dimanche les accusations d'Amnesty International, selon lesquelles les forces armées et un groupe de sécurité privée s'étaient rendus responsables de "crimes de guerre" au cours de la lutte contre les jihadistes dans le nord-est du pays.

Des groupes armés, connus sous le nom d'al-Shabab ("les jeunes" en arabe), sèment la terreur depuis trois ans dans la province stratégique du Cabo Delgado (Nord-Est), à majorité musulmane, frontalière de la Tanzanie, riche en gaz naturel. Ils décapitent des villageois, enlèvent des jeunes femmes, attaquent aussi casernes et postes de police pour se fournir en armes et munitions.Ils ont fait allégeance en 2019 au groupe Etat islamique (EI). Le conflit a fait au moins 2.600 morts, dont plus de la moitié de civils, selon l'ONG ACLED.Mardi, Amnesty International a affirmé que les habitants de la région étaient "pris entre les forces de sécurité mozambicaines, la milice privée combattant aux côtés du gouvernement et le groupe d'opposition armé connu localement sous le nom d'Al-Shabab - dont aucun ne respecte le droit à la vie ni les règles de la guerre". "Tous les trois ont commis des crimes de guerre, causant la mort de centaines de civils", avait-il assuré dans un rapport.Le général Bertolino Capitine, chef d'état-major adjoint de l'armée mozambicaine, a vivement réfuté ces allégations dimanche."Notre mission est de défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays, nous ne pouvons en aucun cas maltraiter notre communauté", a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une visite organisée pour la presse dans le Cabo Delgado."Ce rapport a été écrit par des gens qui n'ont jamais mis les pieds au Mozambique", a-t-il affirmé.Il s'agit de la première réaction officielle des autorités depuis la publication du rapport mardi.Le général a également démenti l'affirmation d'Amnesty selon laquelle le gouvernement avait fait appel à une société militaire privée sud-africaine, Dyck Advisory Group (DAG), pour renforcer ses rangs après avoir perdu "un certain nombre de batailles".Selon l'ONG, des mercenaires ont tiré depuis des hélicoptères, notamment sur un hôpital en juin 2020 dans la ville portuaire de Mocimboa da Praia, et des écoles, et largué des grenades sans discernement sur des foules de personnes. Dans un communiqué publié mardi soir, DAG a indiqué ouvrir une enquête sur ces accusations, "très préoccupantes", les opérations de la société étant soumises à des règles détaillées en matière de droits humains et celle-ci prenant "au sérieux ses responsabilités et obligations".Amnesty a déclaré avoir validé la véracité d'une vidéo montrant des troupes gouvernementales battant une femme nue à coups de bâton, tirant sur elle à 36 reprises avant d'abandonner son corps sur l'autoroute. Les forces de sécurité sont aussi accusées d'avoir bandé les yeux de plusieurs hommes avant de tirer sur eux à Quissanga et de jeter leurs corps dans une fosse commune.Les attaques meurtrières dans le nord du Mozambique, en proie à une insurrection jihadiste depuis plus de trois ans, ont considérablement faibli ces dernières semaines, une accalmie largement imputée à l'intensification de la riposte militaire.Le conflit avait atteint un tournant symbolique fin décembre avec des attaques menées, pour la première fois, à quelques kilomètres seulement d'un projet gazier de plusieurs milliards d'euros opéré par le groupe français Total.