Forum Investir en Afrique 2024

Sénégal: à Ziguinchor, l'école au rythme de l'affaire Sonko et des tensions politiques

Verrou démonté, murs noircis, odeur de br��lé: le magasin du lycée Djignabo Bassène à Ziguinchor, dans le sud du Sénégal, porte encore les stigmates de récents affrontements entre partisans de l'opposant Ousmane Sonko et policiers.

AFRICA RADIO

24 mai 2023 à 18h36 par AFP

Ziguinchor (Sénégal) (AFP)

C'était il y a une dizaine de jours, mi-mai, alors que s'ouvrait à Dakar le procès pour viols d'Ousmane Sonko.Depuis, le lycée de 3.000 élèves est fermé, et les autorités éducatives ont ordonné à toutes les écoles du secteur de garder portes closes jusqu'à jeudi.

Une nouvelle fois.

Car chaque convocation judiciaire de M. Sonko, candidat déclaré à la présidentielle de 2024, populaire parmi les jeunes, fait craindre des troubles, entraînant souvent la fermeture d'écoles en Casamance, à Dakar et ailleurs dans le pays.

Les jeunes du lycée Djignabo ont déjà raté plus d'une quinzaine de jours de classe depuis le début de l'année. 

Pour les 1.040 candidats au baccalauréat en juillet, l'inquiétude monte, d'autant que l'avenir est incertain et que la tension risque de monter à nouveau avant le verdict attendu contre M. Sonko la semaine prochaine.

Le procureur a requis dix ans de réclusion contre M. Sonko, absent à son procès à Dakar et présumé se trouver à Ziguinchor, ville dont il est le maire.

Son domicile se trouve à une centaine de mètres du lycée Djignabo, et plusieurs rues du quartier sont parsemées de pneus, sacs de sable et tas de ferrailles disposés par des jeunes pour faire obstacle à une éventuelle tentative d'arrestation de l'opposant.

Ouvrages, fournitures, cartouches d’encre, tenues scolaires… tout est parti en fumée dans l’incendie qui a touché le magasin de l'école, énumère avec regret le proviseur du lycée, Ferdinand Sarr.

- Stress de l'examen -

Selon Cheick Faye, inspecteur académique de la localité, un élève a failli perdre la vie dans une école attaquée avec des projectiles par des "jeunes encagoulés".Suspendre les classes à titre "conservatoire" vise selon lui à sécuriser les écoliers et éviter un drame, dit-il.

Nombre d'élèves profitent de ces vacances inopinées pour s’adonner à leur loisir préféré: le football.

Ablaye Djigaly, 15 ans, a les pieds tout sales.Élève en quatrième, il a passé la journée avec ses camarades à taper dans le ballon.Il se "couche à 2 heures du matin, alors qu’en temps de cours il est au lit à 22 heures", déplore son oncle Abdoulaye.

A Ziguinchor, région avec 95% de scolarisation en collège et lycée, taux le plus élevé du Sénégal, la suspension des cours a été accueillie avec joie par la majorité des élèves, qui ont rapidement propagé la nouvelle sur WhatsApp, accompagnée de remerciements à l'adresse de l'inspecteur.

Cependant, pour certains élèves en classe d’examen, le sentiment est autre.A moins de deux mois des épreuves du bac, Chérif Samsidine Aidara, élève en terminale en série littéraire, est inquiet de ne pas pouvoir finir le programme.Il révise chez lui avec son ami Serigne Saliou Sow.

Le jeune homme de 20 ans avoue avoir du mal à comprendre certains cours sans l'aide de ses professeurs."Ce que je fais donc le plus souvent, c’est de reprendre les exercices déjà corrigés en classe", explique-t-il, assis sur un petit bureau chargé de cahiers, fascicules et livres.

Serigne se dit dépité et appelle aussi bien le pouvoir que le camp d'Ousmane Sonko à penser à leur avenir et à trouver un compromis.

- Maintenir le lien -

L'avenir de cette jeunesse majoritaire dans la population est un enjeu majeur avec l'arrivée massive chaque année de jeunes sur le marché du travail, un chômage élevé et des perspectives restreintes.

Professeur en histoire et géographie à Ziguinchor, Amadou Guissé dit s’organiser comme il peut pour maintenir le lien avec ses élèves via des plateformes numériques comme Teams, Google Classroom ou Kaizala, une application de messagerie et de travail.

La méthode connait ses limites."Tous les élèves ne disposent pas de smartphones, mais aussi la connexion internet fait souvent défaut pour certains", explique-t-il. 

Mame Daour Dabo, professeur de portugais, dit que le retard sur les autres écoles du Sénégal est déjà établi et qu'il sera impossible de rattraper le temps perdu.Il plaide pour un report du baccalauréat.

La Cosydep de Ziguinchor, une organisation non-gouvernementale qui milite pour une éducation de qualité, a alerté mardi sur les perturbations liées au contexte socio-politique, et appelé à une "décrispation définitive" pour une école "à l'abri du jeu politique". 

Le proviseur Ferdinand Sarr et l'inspecteur d'académie se seront cependant inquiétés jusqu'au dernier moment que la reprise des cours prévue jeudi ne soit remise en cause.