Washington met fin à une partie de son assistance au Soudan du Sud et critique ses dirigeants

AFRICA RADIO

16 juillet 2022 à 1h06 par AFP

Les Etats-Unis ont décidé de mettre fin à une partie de leur assistance au Soudan du Sud en raison de l'"absence de progrès" dans le processus de transition et du "manque de volonté politique" de ses dirigeants, a annoncé vendredi le département d'Etat américain.

Washington "déplore l'échec des dirigeants sud-soudanais à mettre en oeuvre les engagements qu'ils ont pris pour ramener la paix au Soudan du Sud" et a "par conséquent décidé de mettre fin à l'assistance américaine aux mécanismes de suivi du processus de paix, à compter du 15 juillet, pendant que nous évaluons les prochaines étapes", a dit le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. Evoquant "l'absence de progrès continus", les Etats-Unis ont donc mis fin à leur soutien à deux organisations de maintien de la paix chargées de mettre en oeuvre la transition: la Commission mixte de suivi et d'évaluation reconstituée (RJMEC) et le Mécanisme de vérification et de surveillance du cessez-le-feu et du suivi de l'application des dispositions transitoires de sécurité. "Les dirigeants du Soudan du Sud n'ont pas pleinement profité du soutien fourni par ces mécanismes de surveillance et ont fait montre d'un manque de la volonté politique nécessaire pour mettre en oeuvre des réformes essentielles", a dit M. Price. Washington a ainsi critiqué le fait que le pays n'ait pas encore adopté de loi électorale et que des membres de la société civile et des journalistes soient "intimidés et empêchés de s'exprimer". Les Etats-Unis continuent toutefois de fournir de l'aide au Soudan du Sud, dont près d'un milliard en assistance humanitaire et au développement, et du soutien à la mission de l'ONU au Soudan du Sud (MINUSS). Une période de transition de deux ans prévue dans l'accord de paix signé par le président Salva Kiir et son rival, le vice-président Riek Machar, doit s'achever en février 2023, des élections devant elles être organisées 60 jours avant cette échéance. Mais de nombreux points-clés de l'accord n'ont pas été respectés, notamment la rédaction d'une Constitution permanente et d'une loi électorale. Le Soudan du Sud, l'un des pays les plus pauvres de la planète malgré d'importantes réserves de pétrole, souffre d'une instabilité chronique depuis son indépendance du Soudan en juillet 2011. Depuis cette date, il a été dévasté par la guerre civile pendant plus de la moitié de son existence.