Djibouti vote aux législatives et s'interroge sur la prochaine présidentielle

Les bureaux de vote ont ouvert vendredi matin à Djibouti, petit pays stratégique de la Corne de l'Afrique, pour des élections législatives sans suspense mais sur fond d'interrogations quant à la succession du président, au pouvoir depuis 1999.

AFRICA RADIO

24 février 2023 à 11h06 par AFP

Nairobi (AFP)

Les principaux partis d'opposition ont boycotté ce scrutin, qui doit désigner les 65 députés de l'Assemblée nationale - dont 58 sont actuellement du puissant parti au pouvoir, l'Union pour la majorité présidentielle (UMP). 

Seul parti à se présenter dans les six circonscriptions de ce pays de moins d'un million d'habitants, il est assuré d'emporter à nouveau la majorité.Face à lui, l'Union pour la démocratie et la justice (UDJ), cinq sièges actuellement, concourt dans deux circonscriptions.

Quelque 230.000 électeurs sont appelés à se prononcer à ce scrutin où la loi impose un quota minimum de 25% de femmes à l'Assemblée, élue pour cinq ans lors d'un vote à un tour. 

Au petit matin, la participation semblait faible dans les bureaux de vote (ouverts de 06h00 à 18h00 locales), selon la presse djiboutienne. 

"A chaque élection, je vote pour le même gouvernement", a déclaré vendredi Souad Elmi Siyad, 64 ans, retraité. 

De son côté Moktar Abdi, ingénieur de 30 ans, a affirmé à l'AFP qu'il ne mettrait pas de bulletin dans l'urne: "Je ne vote jamais.Je ne suis pas intéressé par cette élection.Ma famille ne va pas voter non plus".

Les principaux partis d'opposition, comme le Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD) ou l'Alliance Républicaine pour le Développement (ARD), boycottent le scrutin qu'ils ont chacun qualifié de "mascarade".

"Cette élection, de la même manière que l'élection présidentielle de 2021, n'est pas vraiment prise au sérieux par la population.L'intérêt est très, très limité", observe Benedikt Kamski, de l'institut allemand Arnold Bergstraesser, qui travaille sur la Corne de l'Afrique.

A la dernière présidentielle en 2021, Ismaël Omar Guelleh, ou "IOG", au pouvoir depuis plus de deux décennies, avait été réélu à plus de 97% face à un homme d'affaires fraîchement débarqué en politique et peu connu du grand public.

- Flambeau -

"Tout est réuni pour que ces élections législatives se tiennent dans de bonnes conditions", a déclaré jeudi Said Nouh Hassan, le ministre de l'Intérieur.

L'Igad, groupement régional de pays d'Afrique de l'Est, et l'Union africaine ont annoncé envoyer des observateurs. 

Territoire désertique, Djibouti est un pays stable en plein coeur d'une région troublée - voisin de la Somalie et l'Ethiopie, face au Yémen - et qui suscite l'intérêt des grandes puissances.Il accueille notamment des bases militaires américaine, française, japonaise et chinoise.

Les cinq mandats du président "IOG" ont été marqués par un exercice du pouvoir autoritaire laissant peu de place à la contestation et la liberté de la presse, ainsi que par un développement des infrastructures logistiques, Djibouti tirant profit de sa situation stratégique à l'entrée de la Mer Rouge. 

En toile de fond de ce scrutin se dessine le sujet hautement sensible de la succession du président, dans une société marquée par les dynamiques claniques et l'équilibre entre Issa et Afar, les deux principales communautés. 

Âgé de 75 ans, M. Guelleh ne pourra se représenter en 2026, date à laquelle il aura dépassé la limite d'âge - 75 ans également - imposée par la Constitution. 

Il a affirmé qu'il ne changerait pas la Constitution, déjà révisée en 2010. En septembre 2021, Djibouti s'était par ailleurs agité de rumeurs sur son état de santé. 

"Les gens sont curieux de (savoir) qui va succéder à IOG.Il y a un consensus sur le fait que le successeur sera choisi avant les élections de 2026 - de la même manière qu'en 1999, quand IOG est arrivé au pouvoir", note M. Kamski.  

A l'époque, le prédécesseur et mentor de M. Guelleh, Hassan Gouled, lui avait passé le flambeau après une vingtaine d'années de règne.