Kenya: une campagne électorale à coups de cash, les banques à sec de petites coupures

AFRICA RADIO

27 juillet 2022 à 15h36 par AFP

La campagne pour les élections du 9 août au Kenya a une conséquence inattendue: les distributions de billets, pratique courante notamment dans les meetings, ont provoqué une pénurie de petites coupures dans les banques, a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur.

"Vous tous, Kényans, qui vous êtes déplacés dans les villages, vous avez vu des gens transporter de l'argent dans des sacs, aligner des citoyens et leur donner 200 bobs (argot pour désigner les shillings, ndlr)", a déclaré Fred Matiangi, lors de la présentation d'un rapport sur le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. "Vous comprendrez maintenant qu'il y a une pénurie de billets de 200 shillings (1,60 euros, ndlr) dans les banques, et de billets de 100 shillings dans vos banques, parce que les politiciens soudoient les villageois", a-t-il ajouté. "Les gens ne travaillent pas. Ils se tiennent au bord de la route juste pour obtenir 200 shillings de tous ces blanchisseurs d'argent", a poursuivi le ministre. Ces pots-de-vin sont théoriquement passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 2 millions de shillings kényans (environ 17.000 euros) et six ans d'emprisonnement. Mais ils sont très prisés dans un pays en proie à une inflation galopante, exacerbée par l'impact de la guerre en Ukraine, et au chômage. Le 9 août, plus de 22 millions d'électeurs kényans voteront pour un nouveau président, désigné au suffrage universel direct. Outre le chef de l'Etat, ils éliront également ce jour-là 337 membres de l'Assemblée nationale, 47 sénateurs, 47 gouverneurs de comté et 1.450 membres des assemblées de comtés. Le Kenya était classé 128e sur 180 pays dans le classement mondial 2021 de l'indice de perception de la corruption de l'ONG Transparency International, qui affirme que la lutte contre la corruption dans le pays a "stagné".